Les horaires décalés et le jeûne pendant le mois du Ramadan, peuvent avoir un impact sur votre faculté à conduire un véhicule. Hypoglycémie, déshydratation, vertiges et somnolence font partie des risques liés au jeûne. Pour conduire en toute sécurité durant le mois sacré, voici un petit rappel des règles à suivre.

Sommeil mortel : préservez vos amis et votre famille

Les Musulmans du monde entier continuent de prendre leur voiture pour aller travailler ou même pour voyager durant le Ramadan, sans augmentation significative des accidents de la route. Cependant, le jeûne et le rythme de vie particulier en cette période impacte directement votre condition physique. Les risques de fatigue et de somnolence, mais aussi la baisse de la vigilance et des réflexes font partie des facteurs pouvant rendre la conduite difficile, voire dangereuse.

La réactivité et la perception de l’environnement sont directement affectées par le manque d’eau et de nourriture. Concrètement, cela signifie que votre temps de réaction au volant est allongé et que votre vigilance n’est pas à son niveau habituel. En cas d’imprévu – enfant qui traverse en courant, véhicule qui vous coupe la route – vous courez davantage de risque de provoquer un accident. De plus, il arrive aussi que le sommeil vous gagne, notamment en raison du rythme de vie pendant le Ramadan. En effet, vous vous couchez souvent plus tard, tout en devant vous lever à la même heure pour vous rendre au travail. Conséquence : le risque de vous endormir au volant est bien réel.

Comment conduire sans manger en toute sécurité ?

Les automobilistes doivent faire preuve de prudence et de bon sens en période de Ramadan. Voici quelques conseils susceptibles de vous aider à assurer votre sécurité et celle des autres :

  • En cas de fatigue ou de somnolence, ne prenez pas le volant. Si vous conduisez à ce moment, garez-vous au plus vite.
  • Prenez le temps de manger suffisamment après l’heure de la coupure. Dormez également de façon régulière.
  • Soyez particulièrement vigilant au respect du code de la route, notamment des limitations de vitesse et des distances de sécurité.
  • Veillez à la propreté de votre pare-brise et de vos vitres. Inutile d’ajouter une mauvaise visibilité à votre faculté de concentration déjà diminuée.
  • Si possible, privilégiez les transports en commun. Reportez vos voyages non indispensables.

La somnolence et la fatigue, communes durant le Ramadan, peuvent affecter votre conduite. Pour éviter des conséquences dramatiques, soyez attentif à votre état, accordez-vous suffisamment de sommeil et apprenez à repérer rapidement les effets secondaires du jeûne (déshydratation, hypoglycémie, vertiges, etc.).