Sanctionnant une formation théorique et pratique, le permis de conduire atteste de la capacité du candidat à maîtriser son véhicule et à respecter les règles du code de la route. Voyons en détail les prérequis et le contenu de cet examen.

Les conditions pour passer l’examen

Le permis de conduire peut être passé par toute personne de nationalité marocaine, ou d’une autre nationalité et résidant au Maroc. L’âge minimum requis varie selon la catégorie de permis demandée :

  • 16 ans pour le permis A1, permettant de conduire une moto de 125 cm³ maximum
  • 18 pour les permis A (moto de plus de 125 cm³), B (voitures et utilitaires) et EB (voiture avec remorque)
  • 21 ans pour les autres catégories

Le candidat doit également présenter un certificat médical datant de moins de 3 mois, établi par un médecin agrée et certifiant son aptitude mentale et physique pour la catégorie de permis demandée.

L’examen théorique

La partie théorique du permis peut être passée en arabe, dans l’un des dialectes du pays ou en français. Elle fait suite à une formation d’une durée minimale de 20 heures. L’épreuve consiste en un QCM (questionnaire à choix multiple) basé sur un support audiovisuel. Le nombre de questions et le score minimum pour valider l’examen varie selon la catégorie : 32/40 pour le permis B, 38/46 pour tous les autres. Les thèmes abordés sont essentiellement les suivants :

  • le véhicule
  • le conducteur
  • les règles de circulation
  • la route
  • les infractions et les sanctions

L’examen pratique

Le candidat ne peut se présenter à l’épreuve de conduite que s’il a réussi la partie théorique. L’examen pratique valide un minimum de 20 heures de formation pour les permis A1, A, B et EB, et de 30 heures pour les autres catégories. L’épreuve comprend quatre étapes :

  • les contrôles avant de démarrer (état du véhicule, réglages des rétroviseurs et du siège…)
  • les manœuvres en dehors de la circulation (slalom sur piste, stationnement, marche arrière…)
  • la circulation en ville (croisement, dépassement, démarrage en côte…)
  • la conduite sur route hors agglomération (intersections, dépassements…)

Si le candidat cale trois fois, s’il omet de signaler un changement de direction trois fois, s’il ne maîtrise pas le véhicule ou s’il commet une faute constituant un danger manifeste pour lui-même ou les autres, le permis de conduire lui est automatiquement refusé.

Si le candidat réussit l’épreuve théorique mais échoue à celle de conduite, il repasse uniquement cette dernière. En cas d’échec total au permis, il reçoit automatiquement une nouvelle convocation sous 15 jours. S’il rate à nouveau les épreuves, il doit constituer un nouveau dossier de candidature.