Nul ne l’ignore à présent : l’alcool et la conduite ne font pas bon ménage ! Responsable d’une part importante des accidents de la route – dont de nombreux cas mortels –, la conduite en état d’ébriété est devenue l’un des chevaux de bataille de la sécurité routière et des forces de l’ordre au Maroc.

Alcool au volant : le danger au tournant

Souvent combinée à une vitesse excessive et à une prise de risques inconsidérée, l’alcoolémie des automobilistes est un véritable fléau. Le conducteur ivre est un danger pour lui-même, pour ses passagers et pour tous les autres usagers de la route.

Même avec une consommation relativement faible, il est prouvé que l’alcool diminue la coordination, la concentration et la résistance à la fatigue. De plus, un chauffeur ivre a souvent tendance à conduire de façon plus agressive, donc plus dangereuse. Il maximise les risques liés à la vitesse, aux dépassements… Ce type de comportement se retrouve malheureusement souvent chez les jeunes, où il se combine alors à un manque d’expérience au volant et à une tendance à vouloir impressionner ses amis.

Pour combattre le problème, les autorités ont mis en place un vrai arsenal répressif : amende forfaitaire, enquête en cas d’accident avec vérification du taux d’alcool dans le sang, retrait de points ou de permis… Le code de la conduite marocain considère d’ailleurs le fait de prendre le volant ivre comme un délit, non comme un simple manquement sujet à contravention.

Un risque d’accident accru et des sanctions sévères en cas de contrôle

Conduire un véhicule en état d’ébriété avéré constitue un délit puni par la loi. Le non-respect du code de la route sur ce point entraîne automatiquement la perte de six points sur le permis, ainsi qu’un retrait de six mois à un an de celui-ci. Quant à l’amende, elle est salée : jusqu’à 10 000 dirhams.

Il est toutefois possible, sous certaines conditions, de s’inscrire à un stage de récupération, afin de voir son permis crédité de quatre points au maximum. Ces stages de sensibilisation sont aussi l’occasion d’une prise de conscience : même un verre d’alcool augmente dramatiquement les risques d’accident de la route !

Amendes, stages, voire emprisonnement : de nombreux moyens existent aujourd’hui pour dissuader les automobilistes de conduire sous l’emprise de l’alcool. Mais c’est aussi et surtout la sensibilisation à la sécurité au volant qui pourra venir à bout des dernières résistances. Non, conduire en ayant bu n’est pas un comportement acceptable !